Master pro Ingénierie de l’Animation Territoriale

Le projet pédagogique et scientifique du parcours « Ingénierie de l’Animation Territoriale » se fonde d’abord sur le diagnostic social et territorial, qu’il s’agisse des quartiers, des villes, des départements ou des nouvelles intercommunalités mises en place.

Il vise ensuite à former des acteurs capables de concevoir, conduire et évaluer des projets d’animation et d’assurer la responsabilité juridique, administrative et financière d’une organisation (structure ou association) ; il doit leur permettre d’intégrer la prise en compte (réflexive, méthodologique, pratique et analytique) des enjeux globaux de l’évolution sociale et territoriale, dans leur action professionnelle.

Cette spécialité vise à former des professionnels pour la conception, la mise en œuvre et la gestion de politiques d’animation avec ou à partir de structures sociales, culturelles, sportives et de développement associatif.

Elle s’inscrit dans la continuité du diplôme d’État de Directeur de projet d’animation et de développement (DEDPAD), délivré par le ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative qui est reconnu par les conventions collectives de l’animation, des centres sociaux, du tourisme et l’option animation de la catégorie A de la fonction publique territoriale.

Les candidats doivent être titulaires d’un niveau master 1.

A défaut un dossier de VAP doit être déposé auprès des services compétents de l’université.

Pour tous les candidats, sont requises 3 années d’expériences dans le champ de l’animation sociale et socioculturelle ou du développement territorial, continues ou discontinues, à titre de salariés ou non.

Les candidats doivent disposer d’un financement (de type CIF, aide au retour à l’emploi, personnel, etc.) au moment du recrutement.

Les responsables formés, doivent pouvoir assumer la responsabilité d’une organisation, la coordination d’une équipe, l’élaboration et la mise en œuvre d’un projet d’activité. Il leur est demandé d’acquérir des compétences de dirigeants et d’experts dans la conception et la gestion de projets complexes, la direction de structures ou de réseaux associatifs.

    En ce sens, le référentiel de formation du Master IAT liste les missions de l’ingénieur animateur territorial de la façon suivante :
  • Elaborer des stratégies d’animation et de développement d’un territoire dans le secteur de la jeunesse, de la culture, du sport, des loisirs, etc. ;
  • Concevoir, mettre en œuvre et évaluer des projets ;
  • Définir, dans un contexte sociopolitique complexe, des actions diversifiées de communication ;
  • Gérer les ressources humaines et organiser le système de travail ;
  • Gérer administrativement et financièrement une structure, des services, des projets ;
  • Conduire des interventions et des projets pertinents dans un système complexe d’enjeux politiques, sociaux et culturels ;
  • Situer le contexte et mettre en œuvre un projet, en mesurer l’impact et optimiser l’action

    La formation est donc articulée autour de l’apprentissage de la fonction de direction et des compétences générales suivantes :
  • Maîtriser des méthodes d’analyse pluridisciplinaire des territoires
  • Développer un positionnement stratégique au sein des systèmes d’action.
  • Assurer la responsabilité d’une organisation
  • Coordonner une équipe autour d’un projet de développement
  • Evaluer les projets mis en œuvre
  • Concevoir et gérer des projets complexes, diriger des structures et réseaux associatifs
  • Articuler recherche, action et pratique professionnelles

Le cursus se déroule sur 11 mois, du 8 octobre au 15 septembre.

La formation se déploie sur 15 regroupements de trois jours (24 heures de présentiel) toutes les trois ou quatre semaines sur le lieu de formation (IUT Bordeaux Montaigne), alternés par des périodes de stage.

    La durée de stage est variable en fonction des situations professionnelles de chaque stagiaire et ne peut pas être inférieure à 350 heures. Soit au total 710 heures minimum de formation réparties comme suit :
  • 360 heures d’enseignements
  • 350 heures minimum de stage en alternance (stage tutoré)

A ce total d’heures s’ajoute un accompagnement à la production de documents personnels et collectifs. Au moins un projet collectif de promotion (réalisation d’un forum professionnel, ou autre) fait partie du programme de la formation.

L’enseignement théorique est assuré par des universitaires et des intervenants professionnels. Les cours sont obligatoires. La promotion compte entre 10 et 20 stagiaires.

La formation est constituée de 8 unités d’enseignement (numérotées de 1 à 8), elles-mêmes organisées sous une forme modulaire. Le tableau ci-après en décline les objectifs spécifiques, les compétences visées et les modalités (à titre indicatif).

Conduire la maîtrise d’ouvrage d’un diagnostic territorialisé où la commande requiert la compréhension des principales étapes du processus. Ce module insiste sur la culture technique de l’observation territoriale : d’une part, il présente les sources de la statistique publique et comment les valoriser à l’échelle locale ; d’autre part, il propose une initiation aux méthodes de collecte et de traitement de données. Enfin, certains enseignements auront davantage vocation à présenter des éléments de théorie utiles à l’analyse du territoire. Les objectifs sont de permettre aux stagiaires de comprendre et analyser l’organisation, les besoins et les potentialités des territoires (tendances socio-démographiques, typologie des publics, stratégies des acteurs, etc.), ainsi que d’acquérir des compétences de diagnostic et d’aide à la décision en approfondissant les méthodes d’observation quantitatives et qualitatives.

    Compétences visées :
  • Etre capable de proposer une démarche globale de diagnostic.
  • Etre capable de se référer à différents modèles d’analyse liés au territoire.
    • Etre capable d’orienter et d’alimenter un protocole d’observation en termes :
    • de gestion des sources d’information (repérage, gestion élémentaire de bases de données, extraction d’éléments pertinents) ;
    • de production de données d’enquête ;
    • d’analyse et de représentation de l’information statistique et/ou qualitative
  • Etre capable des réaliser une synthèse des connaissances, d’identifier des scénarios contrastés et de formuler des orientations ou préconisations.

Dans le cadre de leur formation, les stagiaires sont amenés à concevoir, conduire et évaluer un projet. Outre le fait de développer et approfondir des compétences en matière de gestion d’un projet et d’accompagnement constructif de celui-ci, la démarche pédagogique retenue met en perspective deux dimensions du projet : celle didactique développée dans le cadre de l’Unité d’Enseignement n°2 et celle opérationnelle et réflexive mise en œuvre dans la perspective de produire et de soutenir un mémoire professionnel de fin de formation (UE8).

    Compétences visées :
  • Etre capable de questionner une situation professionnelle dans son contexte
  • Etre capable d’identifier les problèmes en tenant compte des particularités des personnes et des groupes
  • Etre capable d’identifier les enjeux liés à la situation professionnelle pour analyser les problèmes clés repérés
  • Etre en mesure de vérifier la pertinence du projet d’animation et de développement pour l’évaluation de l’action, à l’aide de ressources externes et internes
  • Etre capable d’expliciter ses choix stratégiques et de les justifier au regard de l’intérêt professionnel qu’ils présentent
  • Etre capable d’identifier et de construire des scénarios possibles d’évolution
  • Etre apte à réajuster le projet

Les étudiants sont sensibilisés à l’utilisation de la communication comme un savoir-être fondé sur l’écoute, l’échange, l’anticipation et la volonté de communiquer dans le respect de l’identité de chacun. Le module vise l’identification et la prise en compte des informations et indices relatifs aux situations de communication dans lesquelles l’acteur se trouve impliqué. A ce titre, un premier objectif est de donner des repères dans le champ de la communication et d’expliciter les différents types et activités de communication telles la négociation, l’information, la régulation, la formation, etc. La communication sera aussi envisagée comme un outil de résolution des crises et des conflits, de la mise en synergie des partenaires. Un des points clefs est l’acquisition des outils théoriques, méthodologiques et techniques nécessaires à la construction et à la mise en œuvre d’un plan de communication interne et externe, mais aussi à l’écriture, à l’élaboration d’une stratégie digitale, etc.

    Compétences visées :
  • Etre capable de repérer et mobiliser les informations pour diriger une structure et conduire une démarche de projet d’animation et de développement
  • Etre capable d’utiliser des modèles diversifiés d’analyse de situations, de communications liées à la conduite de groupe
  • Etre capable d’élaborer et de mettre en œuvre une stratégie globale de communication
  • Etre capable de maîtriser les techniques de communication dans le cadre d’une stratégie médiatique ou digitale
  • Etre capable de concevoir des vecteurs de communication, de réaliser ou de négocier la mise en forme de messages, de suivre leurs diffusions
  • Etre capable de maîtriser les fondamentaux de la communication orale et écrite

L’étudiant doit être en mesure d’organiser le système de travail en fonction du projet de l’organisation et des ressources humaines. Pour cela, les enseignements visent à ce que puissent être mobilisés : une connaissance théorique permettant l’analyse des situations, la compréhension des relations au travail, la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, l’évaluation du système de travail et des personnels, et anticiper la vision prospective d’un changement organisationnel. Une place importante est faite à la composante de psychosociologie autour de la gestion des groupes restreints et du « management ».

    Compétences visées :
  • Etre capable de comprendre des comportements individuels et des phénomènes de groupes rencontrés dans la vie professionnelle.
  • Etre capable d’élaborer une représentation de sa pratique professionnelle, de construire et de justifier son positionnement.
  • Etre capable de réaliser un diagnostic interne des ressources humaines d’une organisation et d’un projet.
  • Etre capable d’analyser des situations, de déterminer des besoins, de préciser des objectifs, d’identifier des ressources et des contraintes de l’environnement ou internes, ainsi que de repérer des dysfonctionnements.
  • Etre capable d’organiser un système de travail et de gestion des ressources humaines en fonction du projet de l’institution et des ressources humaines en place.
  • Etre capable de concevoir et de diriger l’organisation d’une équipe au service d’un projet organisationnel inscrit dans une stratégie de développement ou de changement.
  • Etre capable de concevoir et de mettre en œuvre des procédures d’analyse et d’évaluation des ressources humaines d’une organisation.
  • Etre capable d’évaluer la pertinence de l’organisation d’un système de travail et l’efficacité des ressources humaines en fonction du projet.

Le module a pour objectif d’apporter les connaissances théoriques et pratiques permettant aux étudiants d’analyser les situations, notamment en ce qui concerne le budget et les projets de la structure. Un des objectifs est d’apprendre à mobiliser des ressources de financement en tenant compte des possibilités d’action et des contraintes juridiques ou financières. Des apports juridiques seront faits sur certains points spécifiques (responsabilité d’un responsable de structure, etc.) et plus globalement il s’agira de permettre aux stagiaires de savoir se situer stratégiquement dans un contexte professionnel soumis à de fortes contraintes économiques et règlementaires, de mieux appréhender les risques (financiers, contentieux, règlementaires, psychosociaux, etc.) inhérents à la fonction de dirigeant associatif.

ECUE 52 : Analyse des Pratiques, 3 etcs, 30 heures
Objectifs de l’enseignement : Permettre à l’ensemble des étudiants d’acquérir des compétences pour être en capacité de produire une « analyse de leurs pratiques ». Cette analyse sera orientée autour de 3 thématiques : en fonction des expériences et des trajectoires personnelles, (distanciation personnelle et identité professionnelle), en fonction des relations avec les pairs et les publics au sein des structures (coopération professionnelle et participation), en fonction des relations avec les partenaires et d’autres professionnels (représentation et identité professionnelle).

    Compétences visées :
  • Etre capable de traduire les objectifs dans l’établissement du budget d’exploitation d’une organisation, d’une structure, d’un projet
  • Etre capable de mettre en œuvre le contrôle de gestion, le contrôle budgétaire et la gestion de la trésorerie, et au-delà de développer une vision stratégique
  • Etre capable d’analyser les contraintes juridiques, administratives et financières pour en déduire des possibilités d’actions
  • Etre capable de mieux appréhender les différents types de risques de gestion (au sens large) inhérents à la fonction de dirigeant associatif

L’objectif est d’actualiser et de renforcer la culture générale nécessaire au futur professionnel afin de l’aider à contextualiser son action et à en questionner la pertinence à une échelle plus globale. L’apport est donc pluridisciplinaire et consiste en un tour d’horizon des cadres conceptuels et méthodologique de différentes disciplines, sollicités comme autant d’éclairages permettant de mieux identifier et analyser les évolutions de la société et les valeurs dont la structure professionnelle peut être porteuse. On touche ici à aux choix sociaux, aux valeurs, aux politiques qui donnent sens à l’action et fournissent un référentiel aux interventions et aux projets.

    Compétences visées :
  • Etre capable de repérer et d’analyser les enjeux globaux de l’évolution sociale dans les situations d’interventions professionnelles
  • Etre capable de construire une perspective d’analyse pluridisciplinaire et complexe
  • Etre capable d’identifier et d’analyser les valeurs dont la structure d’appartenance et son environnement sont porteurs
  • Etre capable de situer les projets et les actions dans un système de valeurs, de choix sociaux et politiques, d’en analyser les enjeux pour en garantir le sens

Des séminaires sont proposés dans la suite – ou en complément – logique des enseignements dispensés. Les thématiques des séminaires évoluent régulièrement et visent à sensibiliser les étudiants à des thèmes, divers en lien avec les problématiques du Master (territoire, animation, aménagement, développement local, etc.). Les séminaires proposés au cours de la formation sont assurés par des professionnels ou des chercheurs sur des aspects pratiques liés à l’animation territoriale. Il s’agit d’offrir aux stagiaires de la formation continue l’occasion de rencontrer ces représentants : les séminaires offrent aux étudiants l’occasion de dialoguer avec des auteurs et/ou des acteurs sur des sujets ou des enjeux de société qui concernent leur champ professionnel. A ces préoccupations répondent par exemple les « Lundis » ou les « Colloques » de l’ISIAT, série de conférences et de rencontres qui se déroulent à l’IUT Bordeaux Montaigne et qui sont intégrés à la formation. Pour les stagiaires, les objectifs sont autant d’organiser certaines rencontres, que d’approfondir des thèmes en lien avec les problématiques de la formation (territoire, animation, aménagement, développement local, etc.) et les évolutions du champ de l’animation.

    Compétences visées :
  • Etre en mesure de resituer les pratiques professionnelles dans leur contexte
  • Saisir concrètement les enjeux et l’actualité du champ professionnel
  • Etre capable de faire des liens entre les contenus de la formation et des apports extérieurs
  • Développer une certaine curiosité intellectuelle
  • Etre capable d’écoute, d’analyse et de synthèse

L’objectif de cette unité d’enseignement est de familiariser les étudiants à la démarche de recherche et de favoriser l’acquisition des outils et des méthodes afférents. L’exercice fondamental qui permet de mobiliser ces acquis est la construction d’un mémoire alliant recherche et action, mobilisant les acquis et les nouvelles connaissances / compétences apportées par la formation. Pour élaborer ce document, les candidats doivent retenir une situation rencontrée dans leur environnement professionnel. Cette situation, située et décrite, fait l’objet d’un questionnement et d’une analyse s’appuyant sur des investigations de terrain (entretiens, questionnaires, etc.) et l’utilisation des savoirs utiles (lectures, contenus de cours, etc.).

    Compétences visées :
  • Etre capable de problématiser et de construire un objet de recherche
  • Etre capable de construire des outils et une démarche de recherche
  • Etre capable de prendre de la distance avec son objet d’étude et sa situation personnelle et professionnelle
  • Etre capable d’aborder divers champs de la connaissance à un niveau conceptuel élevé
  • Etre capable de construire une réflexion originale
  • Etre capable de répondre aux exigences d’un travail écrit de recherche universitaire

Le master s’appuie sur une équipe pluridisciplinaire de l’Institut Supérieur d’Ingénieurs-Animateurs Territoriaux du pôle Carrières Sociales de l’IUT Bordeaux Montaigne. Elle regroupe des enseignants-chercheurs issus des sections CNU suivantes : science politique (04), droit privé (01), sciences économiques (05), psychologie (16), sociologie (19), anthropologie (20), géographie (23), aménagement (24), sciences de l’éducation (70).

Les membres de ‘équipe pédagogique sont pour la plupart des enseignants-chercheurs rattachés à l’UMR PASSAGES 5319 du CNRS. L’expertise de ce laboratoire porte sur l’analyse des territoires et de la reconfiguration des spatialités face aux changements globaux.

Par ailleurs, parmi les partenaires impliqués dans la formation, on peut compter : l’Institut Supérieur d’Ingénieurs-Animateurs Territoriaux, le réseau national des Départements carrières sociales, le Réseau international de l’animation, l’Association des Centres d’animation de quartiers de Bordeaux, des fédérations de centres sociaux ou des MJC, les Comités régionaux des Associations de Jeunesse et d’Éducation Populaire, etc.

Environ 30% des interventions sont réalisées par des partenaires et intervenants extérieurs, en compléments des enseignements assurés par les personnels universitaires. A noter aussi l’existence de partenariats actifs avec des structures universitaires et professionnelles au Québec, en Espagne, au Portugal et au Maroc.

A titre indicatif, voici quelques intervenants et intervenantes du cursus IAT :

BENGUGUI Jean-Luc : Directeur général de l’ACAQB
CABROL Pierre : expert juriste, docteur en droit, MCF associé.
COMBES Benoit : Directeur Adjoint MSA Gironde
CRENN Chantal : MCF HDR anthropologie
CRESP Marie : MCF droit
D’ANDREA Nicolas : MCF aménagement et urbanisme
DEL AGUILA Fabrice : Architecte Urbaniste responsable-conseil aux Collectivités CAUE
Di MEO Guy : Professeur émérite géographie
FEREOL-BORD Florence : responsable communication Domofrance
FITTON Stéphanie : conseillère en Ressources Humaines, docteure en sciences de gestion
GREFFIER Luc : MCF géographie
KARBIA Taoufik : Directeur associatif (ALIFS)
LAUGAA Didier : MCF psychologie
MONTERO Sarah : MCF géographie
NDIAYE Abdourahmane : expert ESS, docteur en économie
ORTIZ de URBINA Ramon : chargé de mission éducation/formation
POUCHADON Marie-Laure : MCF sociologie
RASSELET Cécile : directrice études socio-économiques A’Urba de Bordeaux
RICHELLE Jean-Luc : MCF géographie
RUBI Stéphanie : MCF HDR sciences de l’éducation
TOZZI Pascal : PR aménagement et urbanisme, HDR science politique

Le recrutement s’opère en deux phases :

  1. étude de dossier

    Le dossier est à remplir en ligne (CV, motivation, expérience) sur l’application Candiut. Ils sont étudiés par des membres de l’équipe pédagogique.

    Les dossiers de candidatures sont à télécharger sur l’application CandIUT à partir du mois de mars de chaque année. Les dates précises de la campagne de recrutement (dépôt dossiers, entretiens, jurys) y sont précisées.

  2. entretien

    Si le dossier est admissible, un entretien est organisé face à un jury de sélection composé de deux personnes.

Pour tout renseignement, demande de devis, nous vous invitons à contacter Catherine Seguin.