Licence pro Conception de projets & Médiation Artistique et culturelle

Le secteur culturel s’est caractérisé ces trente dernières années par un mouvement d’extension et de professionnalisation. La demande de culture s’est développée, dans un premier temps, sous l’effet de la décentralisation culturelle et des recompositions territoriales, les collectivités publiques favorisant le développement de nouveaux équipements de diffusion artistique et de nombre de manifestations locales sur l’ensemble du territoire. Plus récemment le développement de ce secteur s’est encore accentué par la transversalité des questions culturelles. Impulsés par des programmes nationaux (conventions signées entre le Ministère de la culture et d’autres ministères tels la santé, la justice, l’éducation nationale…), et par un contexte européen et international (convention sur la protection et la promotion de la diversité culturelle adoptée par l’UNESCO en 2005) l’art et la culture ont investi de nouveaux territoires : l’école, l’hôpital, la prison, les lieux d’accueil des personnes handicapées, les lieux d’insertion… ce double développement à la fois sectoriel et transversal a fait monter un besoin de médiation très important dans le secteur de la culture. Dans les équipements culturels, l’Etat et des collectivités territoriales font face aux limites de la démocratisation de ces lieux et développent les services des publics et les projets d’action culturelle en direction des populations éloignées de la culture. Les nouveaux secteurs d’intervention artistique nécessitent quant à eux des compétences spécifiques pour aborder ces contextes et faire dialoguer des professionnels aux caractéristiques diverses (artistes, personnels hospitaliers, travailleurs sociaux …). La licence vise à former un professionnel qui participe à la conception et au montage de projets culturels. Il s’agit dans une phase de conception de projet d’envisager le positionnement stratégique du projet en fonction de son contexte, de mobiliser des artistes et des projets artistiques pertinents pour l’action, de construire des partenariats avec d’autres structures dans le contexte d’action. Le professionnel met ensuite en oeuvre les projets sur le terrain, il est alors amené à rechercher des financements publics ou privés et à assurer le suivi administratif, technique et financier du projet. Son travail consiste aussi à valoriser le projet et à l’évaluer. Pour cela il doit maitriser les outils et les méthodes de communication, pouvoir effectuer des bilans quantitatifs et qualitatifs de l’action et mettre en place des évaluations partagées avec les partenaires du projet.

Métiers et débouchés :
La licence doit donner des qualifications pour obtenir un poste de « cadre intermédiaire » ou assimilé dans les secteurs suivants : les services culturels des collectivités territoriales (mairie, communauté urbaine, communauté d’agglomérations, communauté de communes, conseil général, conseil régional) ; les compagnies de spectacles vivants ; les musées (arts, histoire, ethnographie…) ; les entreprises culturelles privées (label de musique…) ; les écoles de musique ou de danse ; les centres culturels ; toutes les associations culturelles qui portent des festivals et des échanges culturels internationaux. Ces activités s’exercent dans les secteurs des arts vivants (théâtre, danse, musique, arts de la rue, cirque), arts plastiques, cinéma et photographie, lieux d’exposition, de conférences, lieux patrimoniaux. Il s’agit de professionnels spécialisés dans l’ingénierie culturelle, la production et la diffusion, sachant mettre en relation des acteurs institutionnels aux pouvoirs financiers décisifs, des partenaires artistiques et des publics. Les emplois sont ceux de :

  • Assistant de direction de centre culturel
  • Coordinateur de projets culturels
  • Chargé de production et de diffusion artistiques
  • Assistant de direction de festivals
  • Assistant d’administration ou administrateur de compagnies ou de lieux culturels
  • Responsable de service éducatif ou culturel
  • Médiateur culturel, chargé des publics
  • Animateur du patrimoine
  • Chargé de mission en ingénierie culturelle
  • Chargé de développement culturel (milieu urbain ou rural)

La licence professionnelle est ouverte à toute personne titulaire d’un diplôme sanctionnant 2 ans minimum d’études supérieures ou d’un diplôme européen équivalent ou VAP85, ayant un projet professionnel argumenté par la connaissance du champs artistique et culturel, ayant satisfait aux épreuves de l’examen d’entrée.

La licence professionnelle donne aux étudiants une polyvalence pour aborder la diversité des métiers de la médiation et de l’action culturelle. Elle permettra aux étudiants d’atteindre un niveau de compétences en conception et en gestion de projet par une bonne connaissance des enjeux, des réseaux et des institutions artistiques et culturels mais aussi par une capacité de diagnostic des situations, de connaissances des publics et une maîtrise de la méthodologie de projet.

    Pour mener à bien ces activités, le professionnel devra maitriser les compétences suivantes :
  • Construire des outils d’observation et d’analyse du terrain, repérer les réseaux d’acteurs et des orientations politiques
  • Reconnaître les enjeux artistiques contemporains et les différentes possibilités d’intervention des artistes
  • Repérer les enjeux et les acteurs du contexte d’action, identifier les publics
  • Comprendre les attendus des organismes sollicités et adapter sa demande sans dénaturer le projet
  • Construire un budget réaliste, maîtriser les normes de présentation en vigueur en comptabilité
  • Maîtriser le langage juridique minimum et les principes juridiques qui ont trait aux cas de figure les plus souvent rencontrés pour l’organisation d’évènements culturels
  • Repérer les différentes étapes de la conduite d’un projet en définissant les ressources à mobiliser et en envisageant les contraintes
  • Maîtriser les outils de communication les plus pertinents en fonction de l’action à mener
  • Repérer et mettre en valeur les points forts et les points faibles d’une action par rapport aux objectifs de départ
  • S’inscrire dans une approche réflexive par rapport aux actions menées, aux ressources engagées et aux résultats obtenus
Ces compétences sont au service de démarches artistiques et culturelles qui visent à construire du sens ; en conséquence elles ne se réduisent pas à des techniques mais soutiennent les interrogations éthiques des opérateurs culturels.

Le cursus se déroule sur une année universitaire. Il comprend :

  • 550 heures d’enseignement
  • 150 heures de projet tuteuré
  • 14 semaines de stage à partir d’avril
  • Un parcours différencié est proposé aux stagiaires de la formation continue
  • Il s’agit d’une part d’un accompagnement spécifique du projet individuel et d’autre part d’un travail de groupe adapté aux stagiaires de la formation continue sous forme d’ateliers d’entraînement à la recherche
  • En début de formation, un module écriture est mis en place pour faciliter le retour à l’écrit universitaire

La formation s’articule autour de 7 Unités d’Enseignement (UE), organisée en 2 semestres. Au sein de ces unités sont identifiés des Eléments Capitalisables d’Unité d’Enseignement (ECUE) auxquels sont associés les 60 crédits que doit acquérir l’étudiant pour valider la licence.

Programme des 7 Unités d’Enseignement :

Unité théorique d’enseignement organisée en 4 ECUE

ECUE 11 : Diagnostic Territorial, 3 ects, 30 heures
Les Objectifs de ce module sont centrés principalement sur les démarches relatives l’élaboration d’un diagnostic territorial. Les approches quantitatives et qualitatives seront abordées conjointement dans une perspective de complémentarité permettant de mieux appréhender la place des individus et des acteurs associatifs et institutionnels dans les territoires.

ECUE 12 : La ville et les espaces urbains : géographie, aménagement, 3 ects, 25 heures
Ce module a pour objectif d’aider à comprendre à quoi correspond le « milieu urbain ». Il s’agira de s’interroger sur les évolutions récentes de l’urbain de manière à mieux appréhender les enjeux de l’intervention publique dans la ville contemporaine. L’enseignement s’appuiera à la fois sur une approche théorique de la ville, de l’urbain, de l’urbanité ainsi que sur des études de cas permettant d’aborder concrètement les modalités de l’intervention publique dans ce « milieu ».

ECUE 13 : Participation et citoyenneté : sciences politiques, 3 ects, 25 heures
Le module de science politique a pour objectif de permettre aux étudiants d’intégrer les questions centrales de l’organisation des pouvoirs et de leur légitimité aux analyses qu’ils conduisent dans le cadre de leur action et de leur environnement professionnels. En lien avec les théories politiques, les questions de la participation et de la citoyenneté sont les entrées traitées de façon concrètes et privilégiées afin d’interroger plus largement les fondements du politique, tels l’obéissance à l’autorité, l’organisation démocratique, ou encore les formes de mobilisation et d’action collectives.

ECUE 14 : Méthodologie de la recherche, 3 etcs, 30 heures
Objectifs de l’enseignement : comprendre la démarche de recherche, à partir d’apports théoriques et d’expériences de recherche ainsi que de retours d’analyse des travaux des stagiaires, pour produire un mémoire professionnel. Celui-ci doit permettre aux stagiaires : – d’opérer une démarche inductive à partir de leur terrain de stage pour élaborer une problématique de recherche qu’ils traiteront par la mise en oeuvre de méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales et de techniques en relevant (observation sociale, observation participante, entretiens, journal…) ; – d’engager une réflexivité sur leur posture de praticien-chercheur impliqués dans un terrain professionnel, en même temps terrain de recherche ; – de se servir de leur problématique de recherche pour tenter de répondre à travers leur terrain de stage à des hypothèses professionnelles ; – d’analyser leur professionnalité à partir de leur conduite de coordination de projet au sein d’une organisation prise dans des enjeux qu’ils auront à expliciter.

Unité d’enseignement organisée autour de 3 ECUE structurés à partir de compétences professionnelles.

ECUE 21 : Modes d’intervention en Animation Sociale et SocioCulturelle, 3 ects, 30 heures
Le module propose d’étudier l’animation en recherchant le sens des pratiques professionnelles par la mise en tension d’apports théoriques des sciences humaines et sociales et l’analyse d’expériences. L’interaction des échanges dans le groupe favorisera l’étude de cas pratiques pour permettre à chacun d’acquérir, de construire, ou d’affirmer son identité d’animateur – coordinateur. L’environnement professionnel de ce dernier sera étudié pour approfondir entre autre, les notions d’évaluation, de participation et de gestion de projets et pour permettre également d’approfondir les connaissances des dispositifs contractuels dans les domaines de l’animation sociale locale, de l’enfance, de la jeunesse et de l’éducation.

ECUE 22 : Forum Professionnels, 3 etcs, 40 heures
Le temps forum est l’occasion pour les étudiants de se confronter à l’organisation et l’animation de « séminaires ou conférences » sur des thèmes qu’ils doivent déterminer. Ces temps forum s’inscrivent dans la programmation des « lundis de l’ISIAT » pilotés par le pôle carrières sociales de formation continue.

ECUE 23 : Projets Culturels, 3 etcs, 30 heures
Objectifs de l’enseignement : Expérimenter de façon personnelle la pratique théâtrale, Découvrir les modalités de réalisation d’un projet artistique ou culturel alternatif en milieu urbain à travers l’expérience d’entreprises et associations culturelles à Bordeaux. Appréhender la conception et l’animation d’un projet culturel alternatif en tenant compte des contraintes légales, administratives et financières du secteur.

Unité d’Enseignement organisée autour de contenus techniques et professionnels. 3 ECUE composent cette UE.

ECUE 31 : Communication sociale, 3 ects, 20 heures
Objectifs du module : Permettre aux stagiaires d’appréhender les démarches relatives à la mise en oeuvre d’un projet de communication. Améliorer les pratiques de communications écrites et électroniques et les mises en forme graphiques associées. Présenter un projet de communication concret en lien avec une pratique professionnelle.

ECUE 32 : Gestion / Montage de dossiers, 3 etcs, 24 heures
Objectifs de l’enseignement : Le module est organisé en deux périodes. La première sous forme de cours traditionnels, doit permettre aux stagiaires de s’approprier le langage et les outils comptables et financiers nécessaires au développement de projet (Bilan, compte de résultat, prévisionnel, budget de trésorerie). La seconde période, organisée de façon regroupée sur une semaine, est centrée sur l’élaboration d’un dossier de financement et la défense de celui-ci.

ECUE 33 : Approche comptable & ressources humaines, 3 ects, 20 heures
Objectifs du module : Appréhender l’univers de la comptabilité et comprendre les dynamiques en jeu dans les relations interpersonnelles professionnelles.

Cette Unité d’Enseignement est organisée autour de 6 ECUE structurés à partir de problématiques professionnelles. Chacun de ces ECUE (30 heures) se déroule de façon continue sur une semaine. Les étudiants doivent valider 3 des 6 ECUE proposés.

ECUE 41 : Temps libres, temps socioculturels ? 3 etcs, 30 heures
Objectifs de l’enseignement : Appréhender les réalités multiples (loisirs, vacances, départ & non-départ…) et les enjeux complexes (culturels, sociaux et économiques) liés aux temps libres, ici considérés comme des temps potentiels de développement.

ECUE 42 : Développement local, 3 etcs, 30 heures
Objectif de l’enseignement : Investir la polysémie de la notion de développement local à partir d’expériences de terrain multiples et variées et mettre en tension cette complexité avec des modèles théoriques compréhensifs.

ECUE 43 : Connaissance de la foncton publique territoriale, 3 etcs, 30 heures
(ECUE en projet)

ECUE 44 : Art et Culture, 3 etcs, 30 heures
Objectifs de l’enseignement : Repérer les acteurs et les dispositifs d’un projet culturel en milieu urbain, Connaître les publics de la culture et les pratiques culturelles, Analyser la place de l’animateur par rapport aux autres professionnels de la culture

ECUE 45 : Insertion et économie sociale, 3 etcs, 30 heures
Objectifs de l’enseignement : Identifier l’Economie Sociale et Solidaire, Connaître les politiques publiques de développement local et les politiques publiques relatives à l’emploi et à l’insertion par l’économique.

ECUE 46 : Migration, insertion solidarité, 3 etcs, 30 heures
Les Objectifs de ce module sont envisagés selon trois cadres définis par trois professionnels de l’action sociale : Approche historique des migrations en France, Approche juridique des dispositifs national et local d’accueil et d’intégration, Approche interculturelle ou comment la réflexion sur l’interculturalité débouche sur le projet participatif ?

ECUE 51 : Méthodologie du projet d’intervention, 3 etcs, 50 heures
L’ECUE est organisé en deux périodes. La première permet aux étudiants d’acquérir des éléments de cadrage, de négociation et d’écriture de leur projet de stage (avenant pédagogique). La seconde période, accompagnée par les directeurs de mémoire est centrée sur l’élaboration de ce mémoire professionnel et la préparation à la soutenance de celui-ci.

ECUE 52 : Analyse des Pratiques, 3 etcs, 30 heures
Objectifs de l’enseignement : Permettre à l’ensemble des étudiants d’acquérir des compétences pour être en capacité de produire une « analyse de leurs pratiques ». Cette analyse sera orientée autour de 3 thématiques : en fonction des expériences et des trajectoires personnelles, (distanciation personnelle et identité professionnelle), en fonction des relations avec les pairs et les publics au sein des structures (coopération professionnelle et participation), en fonction des relations avec les partenaires et d’autres professionnels (représentation et identité professionnelle).

ECUE 60 : 6 etcs, 150 heures
Il s’agit pour des groupes de 3 à 5 étudiants de réaliser des projets collectifs en réponse à la commande d’une structure d’accueil sur un territoire donné. Ce projet doit donc correspondre aux objectifs et aux intérêts des différents partenaires impliqués. Il peut s’agir aussi bien d’une recherche à mettre en œuvre que d’une intervention de terrain à réaliser ou les deux. L’évaluation du projet tuteuré est soumise à la réalisation d’un rapport et à la soutenance publique de celui-ci devant un jury composé du commanditaire, de l’enseignant en charge de l’accompagnement et du responsable de la formation.

ECUE 71 : Stage Professionnel, 14 semaines
Objectifs du stage : Permettre d’expérimenter une situation de coordination de projet dans le cadre d’une pratique professionnelle. Le stage est prévu d’une durée de 14 semaines, du mois de février au mois de mai. La recherche du stage relève de la stratégie personnelle de l’étudiant en fonction de ses intentions pour son projet professionnel futur.

ECUE 72 : Mémoire Professionnel, 9 etcs.
Les Coordinateurs de projets de développement social et culturel sont des praticiens. Il leur est nécessaire, pour que leurs interventions soient les plus judicieuses et efficaces possibles, de développer leur capacité à réfléchir sur cette pratique en cohérence avec des champs théoriques se rapportant aux sciences humaines et sociales.

Fondé sur une démarche de recherche prenant appui sur les situations de terrain vécues par les stagiaires, le mémoire professionnel concluant la formation de niveau Licence, se réfère à la nécessité de continuellement construire une compréhension du sens de la pratique. A ce titre, il doit permettre à chacun des étudiants d’entamer un processus de réflexion sur son itinéraire et de développer son projet personnel de recherche concernant sa pratique pré-professionnelle ou déjà professionnelle.

Le mémoire est remis à la fin du mois d’août pour une soutenance planifiée au cours de la seconde semaine du mois de septembre.

L’entrée en formation est soumise à une sélection.

    La sélection se déroule en deux étapes :
  • Examen du dossier de candidature (CV, lettre de motivation).
  • Pour les personnes dont le dossier est retenu, audition devant un jury composé d’un enseignant et d’un professionnel.
    • Le choix des candidats tiendra compte de critères tels que :
    • La connaissance du champ professionnel visé,
    • Les pratiques du candidat (professionnelles, bénévoles, militantes),
    • Sa culture générale, son niveau d’information et d’ouverture,
    • Son niveau d’anticipation dans un projet professionnel.

Les dossiers de candidatures sont à télécharger sur l’application CandIUT à partir du mois de mars de chaque année. Les dates précises de la campagne de recrutement (dépôt dossiers, entretiens, jurys) y sont précisées.

Pour les stagiaires de formation continue le tarif de la formation est de 4500€ (3400€ si financement individuel).

Pour tout renseignement, demande de devis, nous vous invitons à contacter Catherine Seguin.